Miniature Mon avis sur Dororo

Mon avis sur… Dororo

Aujourd’hui, je souhaite vous parler (enfin écrire, vous m’avez compris) de l’un des animes de la saison: Dororo. Disponible en (presque) simulcast sur Prime Video, la série compte actuellement 10 épisodes diffusés, et devrait atteindre les 24 épisodes à la fin de sa diffusion. L’animation a été confiée à Mappa ainsi qu’à Tezuka Productions, le réalisateur est Kazuhiro Furuhashi et la série est produite par Twin Engine, qui s’occupera bientôt de l’adaptation (très attendue) de Vinland Saga.

Dororo, c’est l’adaptation d’un manga culte de Tezuka Osamu, sortie en 1967, et disponible en français chez Delcourt: je parle bien entendu de Dororo to Hyakkimaru. Sinon, ça parle de quoi? En fait c’est simple:

Au Japon, durant la période des guerres de provinces du Japon. Le seigneur Daigo Kagemitsu conclut un pacte avec 12 démons. Il leur offre son fils à naître en échange de la prospérité de ses terres. Des années plus tard, le jeune voleur Dororo, attaqué par une goule, est sauvé par Hyakkimaru, un garçon mystérieux dont le corps s’avère presque entièrement constitué de prothèses.

Source: Prime Vidéo
Source: Nautiljon

Il se trouve que les démons ont chacun pris une partie du corps de Hyakkumaru lorsqu’il est né. Et à chaque fois qu’il tue l’un de ces 12 démons, il récupère une partie de son corps qui a été volée.

On va donc suivre le périple de ces 2 personnages au travers un Japon en guerre, où la cruauté et la bonté se côtoient et voir comment ils vont évoluer au contact des gens.

Source: LastEve

Actuellement, je viens de finir le visionnage de l’épisode 10, et l’histoire avance doucement et surement, prenant le temps d’installer l’intrigue, ainsi que le caractère des personnages principaux tout en nous permettant de nous attacher à Dororo et Hyakkimaru. À vrai dire, j’ai commencé la série alors qu’elle comptait déjà 5 épisodes, alors j’ai tout lancé à la suite: dès le premier épisode, je fus conquis.

Dans cette série, nous avons le droit à une histoire intéressante et originale, qui en plus d’être bien écrite, est aussi bien rythmée. De même, les personnages principaux et secondaires ont tous une certaine épaisseur: aucun ne donne l’impression de n’être qu’une coquille vide ou un cliché. Au contraire, ils ont tous un caractère bien à eux, ainsi qu’un background, avec leurs aspirations et leurs peurs. En suivant nos deux protagonistes, on s’attache facilement à eux, et il est très intéressant de voir l’évolution de leur relation au fil des épisodes. De même, l’évolution personnelle de Hyakkumaru, que ce soit par rapport à sa relation avec les autres ou même par rapport à son cor et aux nouveaux sens qu’il découvre, est des plus plaisantes à suivre et constitue l’un des gros points d’intérêt de cette série.

Source: LastEve

Autre point positif: le côté visuel. Non, ce n’est pas aussi beau qu’un Violet Evergarden, mais ça reste au-dessus de la moyenne, même s’il a un côté un peu daté (choix?) pour les décors: j’ai comme une impression de flou . De plus, les animations sont fluides, précises et maintienent ce niveau de qualité tout au long de la série. De même, la bande-son et l’ambiance sonore sont de qualité et s’intègrent bien à cette série: elle accompagne l’action. De plus, j’aimerais souligner la qualité du dessin des personnages et du chara design (qui a été modernisé pour l’occasion): les traits sont fins et retranscrivent parfaitement les émotions (ou pas) des protagonistes.

Enfin, je ne pourrais pas vous dire ce qu’il y a de négatif, car je n’en ai pas trouvé. Dororo est un anime de qualité, qui s’appuie sur une histoire forte et des personnages attachants et intéressants. C’est une des séries à suivre cette saison!

8.5/10, je recommande!

EdwardWallace Auteur

Laisser un commentaire