Miniature Mon avis sur Gris

Mon avis sur… Gris

Développé par Nomada Studio et édité par Devolver Digital, Gris est un jeu de plateforme, mêlant puzzle game, exploration et poésie. Il est sorti le 13 décembre 2018 sur PC, Mac et Switch.  Cela fait exactement 3 mois que je souhaite jouer à ce jeu: fin 2018, sa sortie avait provoqué un petit séisme dans la twittosphère avec une avalanche de critiques positives. On me promettait le GOTY 2018, tout simplement.

C’est donc en mars 2019, que souhaitant surfer sur la vague de buzz, je me décide à le lancer et à sortir une review dans la foulée. Pas bête le furet.

Gris est tout simplement l’un des plus beaux jeux jamais vus. Pas de 4k, ni de 60 fps, et encore moins de texture Ultra HD. Non, c’est “juste” une aquarelle interactive, rien de plus. Et pourtant, c’est sublime, magnifique, merveilleux, grandiose, extraordinaire … Toute la liste des synonymes pourrait y passer, et pourtant, on serait encore loin du compte. En y réfléchissant quelques minutes, je pense que cet effet est principalement dû au côté aquarelle animé, avec un énorme travail sur les couleurs, le dessin et les animations.

Cet aspect visuel est couplé à une ambiance sonore des plus réussie, renforçant l’atmosphère générale du titre. C’est deux salles, deux ambiances: à chaque zone, le son évolue pour accompagner le joueur dans son périple. En plus des effets sonores, j’ai trouvé les musiques très réussies, toujours bien en phase avec le lieu et l’histoire.

Sans paroles, ce jeu raconte beaucoup. Au travers de cette aventure, ce jeu aborde le thème de la dépression, de la chute à la reconstruction. Ce jeu a un message et il l’assume, chose assez rare pour être soulignée. Les éléments de narration apparaissent petit à petit au fil de l’aventure, et sont bien amenés, ce qui facilite grandement la compréhension de l’histoire. Tout cela passe d’abord par le dessin, ainsi par la transformation du monde grâce à l’évolution des couleurs entraînant une modification du level design, et enfin par l’évolution du gameplay.

Par contre, j’ai eu le sentiment que le jeu me rabâchait “Elle est dépressive!!! ». C’est une sensation particulière, mais même si la narration est efficace, il existe comme un décalage: le propos est compréhensible, mais semble nous être jeté au visage. C’est dommageable que ce soit autant martelé et rabâché durant toute la durée du jeu. Je pense qu’un peu plus de subtilité aurait  pu apporter au jeu. Cela est surement pour rendre le jeu le plus accessible possible, pour que le joueur ne passe pas à côté du message, mais je n’aime pas la nourriture prémâchée.

En fait, c’est bien là le gros problème du jeu: à part son côté artistique, le reste est plutôt classique. On a le droit à un gameplay simple et classique, sans grosses évolutions, sans oublier que les énigmes/puzzles ne proposent pas de défi, et enfin le rythme m’a semblé mal géré: c’est relativement plat. Même s’il existe quelques bonnes idées de level design, elles sont trop peu nombreuses pour créer un intérêt à la partie “jeu”.

Finalement, Gris est un jeu moyen avec une direction artistique de toute beauté. C’est une expérience visuelle et auditive qui s’ouvre à vous … si c’est votre genre. Personnellement, j’ai trouvé ça terriblement ennuyeux: son principal défaut est son gameplay, ce qui est dommage pour un jeu vidéo… Mais, il est vrai qu’une telle masterclass visuelle mérite qu’on s’y intéresse! Je ne peux que vous conseiller de le faire ou au moins, de le regarder sur Youtube. Ce n’était pas le GOTY tant promis, mais ça vaut le coup d’oeil.

Note 7/10


EdwardWallace Auteur

Laisser un commentaire