Miniature Mon Avis sur Les Dragons de Dorcastel

Mon avis sur… Les Dragons de Dorcastel – Tome 1

Roman de Jack Campbell , édité par L’ATALANTE, Les dragons de Dorcastel est le premier tome de la saga Les Piliers de la réalité. Il y’a actuellement 6 tomes de publiés en anglais, et seulement le premier en français (peu de chances d’avoir d’autres tomes traduits). Classé comme un roman jeunesse, ce livre peut tout à fait s’adresser à un public un peu plus âgé, type Young adult, qui recherche une lecture sympathique, sans prise de tête.

Dematr est un monde où la magie et la technologie coexistent. Depuis leurs grands halls, la guilde des mages et celle des mécaniciens veillent à ce qu’elles restent leurs propriétés exclusives, même si les guildes n’hésitent pas à monnayer leurs services aux gens du commun qu’ils fussent empereurs, princes ou simples marchands. Alain d’Ihris est le plus jeune mage jamais sorti des écoles de sa guilde et Mari de Caer Lyn la plus jeune maître mécanicien à quitter les bancs de la sienne. Seuls survivants à une attaque mystérieuse de la caravane qui leur faisait traverser le désert, les deux jeunes gens ne se doutent pas des embûches qui parsèmeront leur route pour accomplir leurs destins qui semblent intimement liés. Ils devront lutter contre des ennemis invisibles et protéiformes, remettre en question l’ordre établi et les enseignements de leurs propres guildes, tout en essayant de comprendre les sentiments qui les animent. Leur premier défi sera de découvrir qui sont les dragons qui terrorisent la cité de Dorcastel.

Babelio

Dans ce premier tome, on va suivre les destins croisés d’ Alain, le plus jeune des mages et de Mari, la plus jeune maître mécanicienne. À travers Dematr, nos jeunes protagonistes vont en apprendre plus sur eux et sur le monde qui les entoure. En effet, tout les oppose, et leurs enseignements respectifs les ont conditionnés à croire que l’autre est un charlatan. Ce roman de fantasy, un poil steampunk, nous livre une histoire classique, mais intéressante, mêlant politique, géopolitique, révolution, prophétie et amour.

L’auteur nous propose une ode à la liberté: l’intrigue passe petit à petit au second plan, pour ne laisser place qu’à un message d’émancipation. Dépasser les enseignements et les clichés pour faire ses propres choix et construire sa personnalité, avec ce que nous voyons, et pas avec ce que l’on nous raconte.

Pour moi, je trouve regrettable que le propos du livre soit autant martelé, de manière plus ou moins subtile, en long, en large et en travers. C’est un choix délibéré de l’auteur qui souhaite s’adresser à un public plus jeune, mais cela reste dommage. Le principal intérêt du livre est l’évolution de la relation entre les deux personnages principaux, et comment cela va les changer. Même si l’auteur intègre certains éléments d’une intrigue plus vaste, cela reste plutôt superficiel.

Les personnages ne sont pas forcément des modèles d’originalité, mais on doit reconnaître qu’ils sont bien écrits. Ils gagnent en épaisseur au fil du récit, et Jack Campbell semble avoir apporté un soin très particulier à la construction et à l’évolution du caractère d’Alain et Mary. Ils sont les 2 faces d’une même pièce, et grâce à l’autre et au travers du regard de l’autre, ils découvriront un monde qui leur était inconnu. Ils sont au centre de ce livre, et les autres ne sont pas grand-chose en comparaison. De même, l’univers est plutôt creux: il remplit son rôle de décors, mais ne présente que peu d’intérêt.

Tout cela fait, que si un deuxième tome en version française il y avait, il serait déjà dans ma bibliothèque. Avec son histoire bien rythmée, et la qualité d’écriture des deux principaux personnages, Les dragons de Dorcastel est un roman que je vous recommande.

Note: 7/10

EdwardWallace Auteur

Laisser un commentaire