Xbox Game Pass 2.0: une révolution?

Cette semaine, Phil Spencer himself a annoncé une (r)évolution du service Xbox Game Pass (XGP): à partir de maintenant, les exclusivités Microsoft Studios intégreront en day-one (le jour de leur sortie) la catalogue du Xbox Game Pass. Service qui reste à 9.99€ par mois et toujours sans engagement. Malgré cela, les jeux sortiront toujours en version boite ou en version numérique sur le store Xbox. Pour bien comprendre: le 20 mars, Sea of Thieves sera donc disponible à l’achat en boutique, sur le Xbox Store et disponible de manière illimitée pour les abonnés au Game Pass. Que ce soit pour State of Decay 2, Crackdown 3, Gears 5, le futur Halo ou encore le nouveau Forza, la donne sera la même: ils intégreront le jour dmême de leur sortie le catalogue du XGP. Rien que ça.

Ce service n’était pas révolutionnaire à son lancement: Electronic Arts proposait déjà depuis plusieurs années une offre du même genre. L’EA Acces propose de pouvoir jouer de manière illimitée à un catalogue de jeux. Différence notable: le service d’EA n’inclut que des jeux qu’il a édité, là ou Xbox propose des jeux des studios Microsoft, mais aussi des titres non exclusifs. Mais depuis cette semaine, la donne a changé: avec cette l’annonce, le « Netflix » du jeu vidéo devient clairement plus intéressant et ouvre la voie à une nouvelle manière de consommer, en matière de jeux vidéo.

Le game pass s’apparente à Netflix ou Spotify, le coté streaming en moins, ce qui n’est pas pour me déplaire. Avec mon internet en carton, c’est Labo-nne (Carton, labo, … vous l’avez?) nouvelle: les services en streaming me sont interdits pour le moment. Pas besoin d’avoir la fibre, l’ADSL suffit pour utiliser se service. Pour moins de 10€ par mois, les jeux first party de chez Xbox seront à vous, du moment où vous êtes abonnés, pour un total de 120€/an, soit le prix de deux jeux dans le commerce. Dans l’absolue, vous pouvez prendre un abonnement d’un mois en mars, profiter durant 30 jours de Sea Of Thieves, vous désinscrire, puis faire de même pour State of Decay 2, et ainsi de suite. Dans ce cas, la « location » de la licence d’utilisation du jeu ne vous aura couté que 10 euros! Bonjour les économies.Mais bon, ce n’est pas forcement le but.

Selon moi, Xbox propose un service novateur, s’adressant autant aux hardcores, comme aux joueurs un peu plus casual: d’un coté, il y a l’accès à une centaine de jeux plus ou moins récent, permettant de refaire son retard à moindre frais, de l’autre, la possibilité de jouer en day-one de façon illimité aux nouvelles sorties des studios Microsoft. Mais en plus, les personnes jouant principalement sur PS4 peuvent y trouver leur compte: avec une One S à 180€ durant les soldes, ils ont l’assurance de jouer pour 10€ par mois aux nouveaux (et peut être anciens dans le futur) jeux exclusifs. Pour les nouveaux, le prix d’entrée dans le club Xbox vient de baisser drastiquement! Surtout que ces exclusivités seront de manière permanente dans le pass: une location longue durée en somme.

Avec cette annonce, Xbox avance clairement dans une direction, et tout doucement, l’idée de la Xbox One originel repointe le bout de son nez. La division gaming de Microsoft nous offre ici une vision d’un avenir possible de la distribution pour les jeux vidéo, après avoir poser les bases de l’unification des plateformes Microsof : la rétrocompatibilités ( des jeux Xbox et Xbox 360 jouablent sur Xbox One, sans devoir les racheter) et le programme Play Anywhere (les jeux compatibles seront disponible sur One et PC Windows 10 une fois achetés). A posteriori, le fait que Microsoft communique principalement sur le nombre d’utilisateurs pouvait être un signe de cette nouvelle orientation vers le service.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit: le service. Modèle déjà présent pour les séries et la musique, ces services connaissent le sucés et ont changé notre manière de consommer. Cela va t-il prendre dans le secteur du jeu vidéo? C’est fort possible. Mais, je suis prêt à parier que ce n’est qu’une étape intermédiaire de l’évolution de la branche Xbox.

  • Quid du PC? Les jeux compatibles Play Anywhere et disponibles sur le Game Pass seront de facto jouables sur PC pour les abonnés. Pas forcement mise en avant, il est probable que cette feature soit poussée un peu plus tard. Plusieurs déclarations ont été faites il y’a quelques temps, sur l’importance du marché gaming PC. Après l’arrivée de l’application Xbox sur Windows 10, l’intégration de Mixer de manière native à l’OS, l’entrée des licences Xbox au catalogue PC du Microsoft Store, ainsi que l’arrivée d’un mode optimisé pour les jeux de Win10, il semble clair que le service Xbox ne va pas laisser Steam avoir le quasi monopole sur le gaming PC. Faire payer le multijoueurs semble plus qu’improbable, alors pourquoi ne pas proposer l’accès à un catalogue de jeux par abonnement?
  • Le streaming? Pour le moment, il me semble encore compliqué de proposer cette solution pour deux raisons: l’accès à la fibre est encore impossible pour la majorité des foyers et le hardware n’est pas encore mort. Mais, à moyen terme, pouvoir profiter de ses jeux (Xbox, 360 et One) ainsi que de ceux du Game Pass, depuis une TV, une tablette ou un smartphone, cela semble vraiment si inimaginable que ça?
  • Pensons plus grand, plus global. Xbox n’est pas une société de jeux vidéo. Ce n’est plus la branche console de Micrsoft, non, c’est sa section Gaming, Dans cette optique, il faut arrêter de penser console, il faut penser plus grand, plus globale. Le but de Xbox n’est pas forcement de vendre des consoles, mais plus de toucher du monde: d’avoir des utilisateurs actifs, qui payent un service, consomment via Xbox. Les consoles ne sont pas une fin en soit, mais plus un moyen. Est ce fou de penser que la branche Xbox permette de créer une passerelle vers l’écosystème Windows? Vers les services dématérialisés que propose Microsoft?
  • La fin du physique? Non. Les jeux fisrt party de chez Microsoft sortiront encore en version boite; malgré leur entrée dans le XGP. Si, par contre, ce service marche et est copié par d’autres, le physique en pâtira forcement. Le dématérialisé augmente un peu plus chaque année, et cela risque de s’accélérer. Micromania a annoncé il y a peu la fusion avec Zing, signe d’une orientation placée sous le signe des produits dérivés. Le futur du physique ne se dessine t-il pas avec des collectors, des statuettes, vinyles, et toutes sortes de goodies?
  • La fin du Hardware. Certains en parlent comme quelque chose de proche. Je ne suis pas de cet avis. Actuellement, je remarque que les évolutions de Xbox ne sont pas excluantes: pas de streaming pour concerner les petites et grosses connexions, un lecteur UHD pour les afficionados du cinéma haute-qualité, du Play Anywhere pour permettre aux joueurs Xbox de profiter de leurs jeux sur Xbox et/ou PC, une application Xbox sur Windows 10 pour bien faire rentrer dans les têtes que Xbox = Gaming que ce soit sur PC, console et mobile … C’est inévitable selon moi, la fin des consoles approche, mais je suis loin de penser que la Xbox One X sera la dernière.

Xbox fait une proposition innovante mais risquée: avec l’arrivée des jeux Microsoft Studios sur le XGP en day-one, pas sur que beaucoup de joueurs se ruent dans les boutiques pour acheter ces jeux. Paris osé et risqué, mais s’il est gagnant, un vent de changement soufflera sur l’industrie du jeu vidéo.

EdwardWallace Auteur

Laisser un commentaire