Miniature Mon avis sur firestorm, le mode battle royale de Battlefield V

Mon avis sur… Firestorm, le battle royale de Battlefield V.

Depuis le 25 mars, Battlefield 5 propose (enfin!) un mode battle royale: Firestorm.

64 joueurs sont largués sans équipements, sur une map entourée d’un cercle de feu qui détruit tout sur son passage. Plus la partie avance, plus la zone rétrécit et plus les combats sont nombreux et sanglants. Que ce soit à pied, en hélico ou en tank, vous devez être le dernier survivant, car il ne peut en rester qu’un. Vous pouvez bien sûr affronter les autres joueurs seul, ou en équipe, et dans ce cas, la dernière équipe représentée sera la gagnante. Après une bonne dizaine d’heures de jeu, je vais vous livrer mon avis sur Firestorm.

Premièrement, ce mode a réussi à nous faire revenir, mes potes et moi sur le jeu: on avait pas mal poncé Battlefield à sa sortie, mais au bout de quelques semaines, la sauce n’arrivait pas à prendre. BF5 est un bon jeu, mais il a vraiment souffert de son manque de contenu au lancement.

Ce mode battle royale ne réinvente pas le genre, mais il arrive à proposer un mode intéressant, surtout pour les fans de Battlefield. Il reprend les éléments qui avaient été la force de ce BF5 et les intègre plutôt bien, mais à la sauce BR, ce qui n’est pas aisé (coucou Blackout).

Le feeling des armes est toujours aussi bien, et l’équilibrage général du jeu est vraiment réussi: les véhicules blindés sont rares et nécessitent de trouver certains items pour fonctionner correctement. Le TTK (Time To Kill) semble être le même que sur les modes “standards”, ce qui pouvait m’inquiéter: mourir trop vite dans un BR ne peut que nuire à l’expérience. Heureusement, les développeurs ont trouvé une petite astuce pour rallonger ce TTK: avec le système de plaques, le nombre de PV augmente, et automatiquement, le personnage devient plus lent à tuer. J’apprécie toujours autant le feeling des armes, ainsi que l’équilibrage de ces dernières.

Pour moi, ce qui rythme une partie dans un mode battle royale, c’est la carte: il faut qu’elle soit de la bonne taille, avec des points d’intérêts bien répartis, regroupant le stuff et donc les gunfights. Et c’est là que Firestorm commence à pêcher: il y a , selon moi, trop de zones “vides”, et des points d’intérêts trop étendus. En plus, cette map située en Scandinavie n’est pas des plus intéressante: la topologie du terrain est monotone, avec peu de dénivelé et de forêts. Il y a bien sûr de nombreux cailloux et buissons pour se cacher, mais l’ensemble ne fonctionne pas.

Un autre point négatif qui joue sur le rythme du jeu, c’est la vitesse d’évolution de la zone. Le mur de feu avance lentement et à part si vous êtes coincé dans une mine, il y a peu de chance qu’elle vous ratttrape, même à pieds. De ce fait, vous pouvez prendre votre temps, sans (trop) vous soucier de la zone: par contre, je trouve assez appréciable qu’une fois dans la firetorm, votre vision et votre audition soit limitée. Cela évite d’avoir des joueurs qui passent leur temps hors zone pour vous prendre à revers, même si cela reste possible, mais à vos risques et périls.

Comme pour la majorité des derniers BR, les développeurs ont eux aussi fait le choix d’intégrer des codes couleur permettant de savoir en moins d’une seconde, la rareté de l’arme devant soi. Bien intégré, cela rend bien plus simples les phases de loot: au même niveau, je trouve l’ergonomie de l’inventaire bien plus intéressante que sur PUBG par exemple. Même si l’on n’atteint pas la clarté des menus d’un jeu comme Apex, l’inventaire reste simple, clair et lisible au premier coup d’oeil: par contre, y naviguer demande de l’expérience… Je regrette par contre, l’impossibilité d’avoir accès à des accessoires: il n’est pas permis d’ajouter une lunette (on n’en trouve pas sur le jeu) sur notre sniper, on doit trouver un sniper avec déjà une lunette dessus ( c’est donc une arme plus rare).

Lambert du décor

Si Firestorm a su capitaliser sur les côtés positifs de Battlefield 5, il en a aussi certains défauts. Par exemple, une fois allongé dans un buisson, vous êtes quasiment invisible. Pareil avec les problèmes de couverture: même à couvert derrière un rocher, certaines balles peuvent passer au travers, ce qui a le don de m’agacer. Ils ont même réussi à faire pire avec le feeling des véhicules: conduire une voiture est juste horrible, pire que dans Mafia 3, pour vous dire le niveau.

Mais le plus gros problème selon moi, c’est le rythme. Même si une partie dure entre 20 et 25 minutes, il n’est pas rare de ne croiser personne jusqu’aux dernières zones de jeu. Vous lootez dans une zone safe, puis vous avancez doucement juste devant la zone, en surveillant les alentours, et vous serez seul. Même en sautant sur les grosses zones, on peut facilement ne croiser personne en un quart d’heure… En partie à cause de la map, mais aussi à cause du nombre de joueurs: 64. À mon avis, c’est aussi cette limitation qui donne cette sensation de vide.

Avant de conclure, je souhaite vous donner un conseil: jouez avec le casque. La spatialisation du son est très bien faite et souvent vous entendrez vos adversaires avant de les voir.

Au final, Firestorm est un ajout de qualité à Battlefield 5, permettant de redonner un peu d’intérêt à ce très bon titre n’ayant pas eu le succès escompté. Il ne rivalise absolument pas avec Pubg, Apex ou bien Fortnite, mais par contre, il peut être une bonne alternative pour les fans de BF souhaitant s’essayer au genre Battle royale. Si vous ne possédez pas BF5, je ne peux pas vous conseiller de l’acheter juste pour le mode Firestorm, non. Pour moi, ce mode est clairement réservé aux fans de Battlefield, ou à ceux qui comme moi, n’ont plus touché le jeu depuis des mois, et qui souhaitent se faire quelques soirées entre amis.

Notre Avis sur Firestorm - Battelfield V 2.5/5

Version Xbox One achetée avec mes sousous

Laisser un commentaire