Miniature Mon avis sur La Casa del Papel

Mon avis sur… La Casa de Papel

 

Le 6 Avril, Netflix lançait en grande pompe l’arrivée de la seconde (et dernière) partie de la série espagnole La Casa de Papel sur nos internets, pour enfin clore le casse du siècle. Si vous ne connaissez pas cette série, voici un de quoi elle parle:

Un homme mystérieux, surnommé le Professeur (El Profesor), planifie le meilleur braquage jamais organisé. Pour exécuter son plan, il recrute les meilleurs malfaiteurs du pays qui n’ont rien à perdre : Tokyo, Nairobi, Río, Moscou, Berlin, Denver, Helsinki et Oslo.

Le but est d’infiltrer la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre afin d’imprimer 2,4 milliards d’euros, en moins de onze jours et sans verser une goutte de sang. Pourtant, le groupe sera en charge de 67 otages.

Wikipedia.org

Jeffrey, remets-nous des billets

La Casa de Papel est une série qui relate l’histoire d’un braquage à mi-chemin entre le film Inside Man et le casse de Spaggiari. Rajoutons à l’équation une bonne grosse dose d’amour, le tout saupoudré d’action et vous pouvez vous faire une idée de la série.

D’habitude, je ne suis pas fan des histoire avec beaucoup de personnages: mais là, je dois vous avouer que j’ai accroché. Ils sont variés, venant de tout horizon et avec une histoire / un background intéressant, on s’attache facilement à une bonne partie d’entre eux. Personne n’est laissé à la traine, et tous auront leur petit moment de lumière. Certains sont touchants, parfois naïfs, d’autres un peu flippants J’ai vraiment adoré suivre nos protagonistes et les voir interagir entre eux, sous une pression constante. Ils sont dans une bulle close, mais les relations ne s’arrêtent pas forcement à ça: même dans un lieu clos et hermétique, on apporte avec nous notre histoire.

 

 

Binge watcher diminue la fertilité… ou pas

Autre point positif: l’histoire. Je vous avertie: le risque de binge watcher est grand. L’histoire vous tient en haleine, et subir la fin de la partie 1 sans avoir accès à la suite est dangereux pour la santé. Cette série prend son temps pour vous dévoiler certains éléments de l’histoire et petit à petit, le rythme s’accélère, vous entrainant avec force dans ce braquage. Les petites histoires s’intègrent parfaitement dans l’histoire principale, et cela profite à chacun.

La série arrive à nous tenir en haleine durant les 22 épisodes, et il est vraiment compliqué de décrocher: j’ai vraiment eu l’envie d’en découvrir plus à chaque fin d’épisode, malgré quelques creux et passages un peu moins intéressants.

 

Même si j’ai adoré cette série, j’ai trouvé la fin décevante: vous expliquer sans poiler est difficile mais je vais essayer. J’ai l’impression que la série se donne l’air d’être intelligente, mais elle n’atteint jamais le niveau d’un film comme Inside Man dans ses mécanismes. Elle cache (bien) sa simplicité: c’est peut ça aussi qui fait sont sucés auprès du grand public, mais la fin révèle le pot aux roses.

 

Je ne peux que vous conseiller cette série que j’ai juste adoré. À regarder seul ou à plusieurs, vous passerez un très bon moment sur votre canapé, même s’il est inconfortable. Captivante, bien rythmée et avec des personnages intéressants, La Casa de Papel est la très bonne surprise de l’année. À ne pas rater!

 

La série est disponible en intégralité sur Netflix depuis le 6 Avril.

 

Crédits images: Netflix

Laisser un commentaire