[Avis] Premier contact avec Violet Evergarden

Nouveauté sur Netflix, l’anime Violet Evergarden arrive en simulcast sur la plateforme de streaming. Basé sur le light novel Violet Evergarden de Kana Akatsuki, cet anime du studio Kyoto Animation comptera 14 épisodes, diffusés sur Netflix au rythme d’un nouvel épisode par semaine, le jeudi.

Après la guerre, Violet Evergarden doit trouver du travail. Meurtrie et hébétée, elle devient rédactrice de lettres pour dénouer son passé et comprendre qui elle est.

Synopsis Netflix

Commençons par le commencement: la première chose qui saute aux yeux est l’aspect visuel. C’est juste magnifique: que ce soit l’animation, la palette de couleurs, le chara design, le dessin, les paysages,… Pour être synthétique, vos rétines vont prendre un petite claque. Violet Evergaden est une des séries d’animations (récentes) les plus jolies visuellement, ni plus ni moins: regarder Dragon Ball Super juste après peut vous faire saigner des yeux. Certaines scènes semblent sortir d’un film d’animation, c’est assez rare pour être souligné.

L’histoire prend place dans un monde d’après guerre, type fin XIXe, début XXe siècle, à la sauce steam punk rétro futuriste (j’adore cette expression, allez savoir pourquoi… ). Durant ce premier épisode, le spectateur est laché dans ce monde, sans trop d’explications: les éléments se révèlent (ou pas) petit à petit, et c’est à nous de saisir les informations et de nous imprégner de l’ambiance pour comprendre. L’histoire reste assez mystérieuse, et file devant nos yeux, nous en dévoilant assez pour suivre sans se sentir perdu.

Je souhaiterais appuyer sur un point qui est essentiel selon moi dans cette série, c’est l’ambiance: en plus d’un aspect visuel remarquable, la partie audio est vraiment au niveau. Les OST sont classes, mais ce sont les effets sonores qui sont à mettre en lumière: toujours justes et réalistes, ils servent parfaitement l’animation pour réussir à créer cette ambiance particulière, très mystérieuse mais aussi chaleureuse par certains aspects, voir reposante.

En voyant ce début, il est clair que l’anime va tomber dans certains clichés, mais dans l’ensemble, le propos qui se dessine est intéressant: des questions se posent sur le fait d’être un humain, de ce que cela signifie, sur le rapport que l’on a avec nos émotions et sentiments, sur le rapport avec le corps, le technologie et donc le transhumanisme. Le choix d’une époque d’après guerre pour situer le récit est rafraichissant, et il semble que certains thèmes en rapport avec cette situation seront abordés, tels que les traumatismes physiques et psychologiques. D’autres semblent se profiler à l’horizon, comme le deuil ou bien les différents aspects de la reconstruction (personnel, économiques,…).

C’est sur cette toile de fond que nous suivons les premiers pas de Violet dans la société, dans sa quête d’humanité. C’est une histoire de construction personnel et émotionnel sur fond de reconstruction économique lors de l’après guerre. Justement, ce monde semble tout à fait crédible, assez profond, mais seule la suite pourra confirmer cette première approche. Les principaux personnages sont rapidement présentés lors de ces 2 premiers épisodes, mais le récit avance suffisamment pour nous laisser entrevoir la personnalité de chacun et nous offrir quelques pistes sur certaines relations.

En résumé, Violet Evergarden c’est: techniquement irréprochable avec une animation digne d’un film, une ambiance réussie, plus d’émotions que de bastons, et une histoire qui semble promettre bien des réponses. Anime plus que prometteur, je recommande chaudement aux personnes ayant Netflix, de jeter un coup d’œil sur ce premier épisode, au minimum.

Laisser un commentaire