Mon avis sur… Bakemonogatari Tome 1

Ma relation avec Monogatari est assez particulière: pour commencer à apprécier les animes, il m’a fallu plus de 5 ans. J’ai d’abord débuté avec la saison 1, puis j’ai fait une pause de deux ans, avant de reprendre avec la saison 2, avant de refaire une pause, mais de 3 ans cette fois-ci. À ce moment-là, je ne pensais pas m’y remettre un jour: malgré une animation fabuleuse, j’avais eu un mal fou à me laisser prendre par l’histoire. Mais l’année dernière, ce fut une révélation: j’ai relancé la série à partir de la troisième saison ( les 2 premières sont introuvables en streaming légal) et j’ai enfin accroché (mais genre vraiment!!): entre le travail du studio Shaft ahurissant, la réalisation, son côté original, le propos, les dialogues… Une oeuvre hors normes.

Alors, lorsque j’ai su qu’un manga Bakemonogatari allait sortir, j’ai sauté sur l’occasion! Si je vous raconte un peu ma vie, c’est pour une raison relativement simple: la chronologie de Monogatari est assez… particulière. Le début de l’histoire n’est pas vraiment le début de … l’histoire. Mais n’ayez pas d’inquiétudes, cela est aussi le cas pour les light novel et les animés: l’intrigue a été pensée comme ça par NisiOisiN, l’auteur. Le manga Bakemonogatari est une adaptation des deux light novel Bakemonogatari. Pika a publié 2 volumes en France, alors que le troisième est programmé pour le 4 septembre. C’est Oh! great (Air Gear, Enfer & Paradis, excusez du peu) qui se charge de cette adaptation toujours en cours, qui en est à son cinquième volume au Japon.

Bakemonogatari: résumé de l’éditeur

Koyomi Araragi est un lycéen un peu particulier : mordu par une vampire âgée de 500 ans, il doit composer avec des capacités hors du commun qui le rendent, malgré lui, sensible aux phénomènes surnaturels… Un jour, il rattrape Hitagi Senjougahara, une de ses camarades de classe, alors qu’elle chutait dans les escaliers. Quelle n’est pas sa surprise quand il découvre qu’elle ne pèse pratiquement rien ! Très vite, Koyomi réalise qu’une entité chimérique a pris possession de la jeune fille et qu’il va devoir lui venir en aide…

Mon avis sur ce premier tome

Dès les premières pages, le visuel vous saute au visage: c’est terriblement beau. C’est très détaillé, le trait reste fin et précis, les arrières plans sont… inexistants ou déroutants. Visuellement, ce manga s’inspire énormément du travail que le studio Shaft a fourni pour les différentes adaptations de Monogatari. Pour les personnages, c’est un peu différent: Oh! great reprend le chara design original, en y ajoutant sa touche personnelle: pour ceux ayant déjà eu un rapport avec Monogatari, cela peut être déroutant. Il y a une espèce de recherche de réalisme dans les traits des protagonistes qu’on ne retrouvait pas forcément avant.

Comme écrit plus haut, cette histoire est, mais n’est pas le début de l’histoire et si vous n’avez pas visionné l’animé, il se peut que vous soyez perdu. Ne vous inquiétez pas, c’est normal. Selon moi, il est essentiel de se donner le temps de lire ce tome 1, et d’être vraiment prêt à le lire. Ce tome 1 vous offre des clés pour comprendre le contexte, mais rien de plus. On est balancé au mileu d’une histoire, et on est obligé de s’accrocher à tous les éléments que l’on trouve pour suivre le fil: ça oui, lire bakemonogatari, c’est comme regarder le milieu d’un film. C’est assez particulier, mais si vous accrochez, vous avez accès à du trek bon.

L’écriture est géniale: l’auteur arrive à nous balader au gré des dialogues banals et des situations surnaturelles, le tout en maintenant notre intérêt. Cela crée quelque chose d’assez paradoxal je trouve, et ça participe à donner à ce manga une atmosphère très particulière. La mise en scène, ainsi que le travail sur les arrières plans, servent le propos et participent grandement à conférer à cette oeuvre un côté mystique et surtout très ésotérique.

C’est chelou

Parler seulement de ce tome 1 est relativement complexe au vu de la taille de l’oeuvre de NisiOisiN, et de l’entremêlement qui existe entre les différentes histoires. Ce premier tome de Bakemonogatari est la synthèse de l’excellente histoire de NisiOisiN et de la mise en scène ainsi que de la direction artistique du studio Shaft. C’est du très lourd, foncez, si vous êtes prêt à vous investir.

PS n°1: les saisons 1 et 2 sont disponibles chez Dybex, et le reste sur Wakanim (films et animes), et le premier volume du light novel (Lien Amazon affilié) est disponible chez Pika Roman.

PS n°2: Si vous souhaitez en savoir plus sur l’univers Monogatari, voici un lien vers le podcast Hyperlink. Attention, spoilers.

Laisser un commentaire