Mon avis sur… Heroic Age

Alors que cette saison printemps 2019 ce termine en douceur, et avant de lancer les hostilités pour l’arrivée des animes de l’été 2019, avec les reviews des séries terminées et les préviews des nouvelles, je me replonge dans d’anciens animés. Après Seraph of the End, c’est au tour de Heroïc Age de passer à la casserole

Heroic Age est un animé original du studio Xebec (Soukyuu no Fafner, Negima,…) diffusé en 2007 au Japon. À l’époque, cette série était un gros projet: Xebec a été épaulé par Asahi Production (Hellsing Ultimate et par le studio Orange. On retrouve dans le staff, des personnes comme Hirai Hisachi (chara designer de Gundam Seed), Ubukata Tow ( scénariste de Soukyuu no Fafner, Le chevalier d’Eon dont il est aussi le scénariste du manga, et futur scénariste de Psycho Pass), ou bien encore Sato Naoki à la musique.

Amazon

Heroic Age raconte l’histoire de l’équipage du vaisseau l’Argonaut: Dianeira, princesse de la Tribu de Fer parcourt l’univers dans le but de retrouver le héros des prophéties élevé par la Tribu d’Or et censé être le cinquième et dernier Nodoss. Il est le dernier espoir pour la survie de l’humanité dans leur guerre face à la Tribu d’Argent.

Pure série de science-fiction et d’action, Heroic Age fait la part belle aux mechas et aux combats dans l’espace. Même si le poids des années pèse sur ses épaules, cet anime en 16/9e est tout à fait regardable à l’heure d’aujourd’hui. Techniquement solide pour l’époque, il conserve de beaux restes, en proposant un dessin soigné ainsi que des animations de qualité, et cela, sur toute la durée de la série. De même, je trouve vraiment pas mal les combats de mechas, ainsi que la 3D.

Au sujet du voice acting, on retrouve des noms comme Kaori Shimizu, Rie Kugimiye, Satomi Arai, ou encore Yui Ishikawa. On a le droit à des interprétations justes, rendant le visionnage plus plaisant, et je trouve l’ensemble très cohérent, avec des voix collant bien aux personnages. En général, je parle peu des musiques dans un anime: pour moi, soit elle accompagne bien un anime, soit elle le dessert, soit elle le sublime. C’est une posture relativement fermée, je l’avoue, mais je trouve difficile de juger une bande originale sans le contexte, sans la/les scènes qu’elle doit accompagner, à part pour les openings et endings. Cette fois, j’ai trouvé que l’ambiance sonore est relativement bien réussie, mais que le thème principal, même s’il est bien, manquait du côté épique que l’on peut attendre d’une odyssée spatiale. Sur ce point, je resterais pourtant très ouvert, car j’ai été bercé par des films hollywoodiens à gros budget, avec des musiques sublimes et épiques à souhait.

Sinon, c’est bien beau tout ça, mais l’histoire? Et bien, c’est vraiment très fort. On y retrouve de nombreuses références mythologiques qui aident à enrichir le lore de cette fiction. On est sur une histoire riche et intéressante, se permettant certaines envolées. L’intrigue est bien ficelée, avec des personnages intéressants avec leur caractère et évoluant crédiblement au cours de la saison. Au second plan, on retrouve un peu de romance et de politique: si les relations sont bien pensées, quoiqu’ un peu classiques, l’aspect politique reste trop peu utilisé à mon avis. Ce qui est appréciable dans cette série, c’est son rythme: elle n’hésite pas à prendre son temps lorsqu’elle le doit, pour expliquer plus en profondeur certains aspects de l’intrigue principale. Par contre, comme pour beaucoup de séries, il y a toujours un creux après le/les premiers épisodes: mais rassurez-vous, cela ne dure pas longtemps En fait, c’est même l’un des seuls reproches que je peux faire à cette série, avec le manque de peps des combats entre Nodoss, et la réutilisation de séquences d’animations.

Nautiljon

Avant de conclure, je souhaite aborder rapidement un point qui est important à mes yeux, surtout dans une oeuvre se déroulant dans l’espace: la diversité biologique. Je trouve le fait d’imaginer que l’espace n’est composé que d’espèces humanoïdes est relativement nombriliste et peu imaginatif, sauf si cela a une explication cohérente dans l’histoire. Cet animé évite, en partie, cet écueil, en nous expliquant directement qu’il n’y a que 5 tributs dans l’univers (3 humanoïdes sur 5).

Je ne peux que vous recommander Heroic Age: j’ai trouvé cette série très intéressante, avec une intrigue de qualité, et une psyché des personnages crédibles. Malgré ses douze ans, elle tient techniquement encore la route, donc aucune excuse pour ne pas sauter dessus, à part peut-être le fait qu’elle n’ait jamais été licenciée en France.

Notre Avis 4/5

Laisser un commentaire